Annuaire

La commune


TERCE (Vienne), son histoire.

Plusieurs sites gallo-romains attestent la présence d’une occupation agricole au premiers siècle de notre ère. La route médiévale Poitiers – Montmorillon – Limoges passait par le Cherpre, Les Basses forges et le Pas de Saint Martin jusqu’à la construction de l’actuelle route nationale Poitiers – Limoges dont le tracé a failli passer par Tercé.  Succédant probablement à un ancien chemin antique, cette route médiévale a permis le développement d’une auberge aux Basses Forges au XVI è siècle et à la Maisonneuve au XVIII siècle.

L’église, dédiée aux Saints Crespin et Crespinien, présente des vestiges de la fin XII et début XIII è siècle.

Commune de près de 1100 habitants en 2005, Tercé n’a connu qu’une économie rurale autour de son église jusqu’au milieu du XIX è siècle. La Révolution de 1789 a mis fin au système féodal organisé à Tercé autour de la Châtellenie de Normandoux et des fiefs de La Thibaudière, La Ferrandière, la Nivardière et la Choltière.  L’architecture de cette période nous a laissé les manoirs de Normandoux (première citation connue en 1260), de la Thibaudière (connu depuis 1405), et la Maison de la Nivardière. De beaux restes des XV ou XVI è siecles subsistent à Marigny et à la Ferrandière.

A partir de 1860 s’est développée l’extraction de la pierre calcaire dans plusieurs carrières, dont la plus importante fut celle de Normandoux. Au début du XX è siècle, ont également fonctionné les carrières de pierres de la Brocardière, L’altrie, le Cherpre et le Précaillé. On extrayait également une argile blanche très fine, proche du kaolin, au Précaille et aux Chirons, vendue aux fabriques de porcelaine de Limoges et de Chauvigny. Plusieurs tuileries ont exploité la présence abondante d’argile à tuile et dont les fours ont fonctionné à la Thibaudière (fin XVII è s), les Basses Forges et la Quaillière (XVIII et XIX è siècles) et Trembloux (XX è s). Il s’en est suivi une forte croissance de sa population et de son économie, notamment artisanale. La Première Guerre Mondiale lui a enlevé près de 40 enfants, morts pour la France. La Deuxième Guerre Mondiale a de nouveau porté un coup avec plus de 30 prisonniers de guerre. Un musée sur la période 1939 – 1945 perpétue la mémoire et porte à la connaissance du public l’histoire de cette époque qui a marqué Tercé traversée par la ligne de démarcation.

La carrière de Normandoux n’a plus retrouvé son niveau d’emploi et l’économie de Tercé est redevenue essentiellement agricole après 1945, les artisans et les petits commerçants disparaissant les uns après les autres. A partir de 1975, la proximité et l’attrait de Poitiers ont provoqué l’arrivée sur la commune de nouveaux habitants, intéressés par la proximité de leur emploi à Poitiers, et attirés par la vie à la campagne. Des lotissements ont surgi de terre. La Commune investie régulièrement dans les équipements collectifs (école, stade, assainissement collectif, salle des fêtes etc ) ou commerciaux (café - restaurant, salon de coiffure) et dans le logement social. Elle soutient un important tissu associatif culturel et sportif de près de 20 associations animées par un bénévolat très dynamique. Membre du Pays Vienne et Moulière depuis son origine et de la Communauté de Communes Vienne et Moulière, Tercé accueille de nombreux sportifs grâce à la salle omnisport construite par la Communauté.

La commune n’est pas riche, mais grâce aux aides et subventions qu’elle reçoit, elle regarde résolument vers l’avenir : le centre bourg a été aménagé début 2005 : ce fut le plus gros chantier depuis 150 ans, un lagunage de 11000 m2 pour 700 « équivalent habitants » remplace l’obsolète station d’épuration : près de 70 % de la population est sur assainissement collectif.

La commune favorise les initiatives privées porteuses d’avenir : réouverture en 2003 d’une carrière d’extraction de pierre de taille fermée depuis 1937 au Cherpre, aménagement de l’usine – scierie de Normandoux en salle de spectacles et de séminaires et de son manoir pour en faire un complexe touristique.  Des lotissements privés ont vu le jour.

Christian Richard

 

La Thibaudière

 
Normandoux


Dernière modification le 9 septembre 2015